Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 21:25

Bordeaux, 17 juin 1940. Il est 12H20, le Maréchal Pétain s'adresse aux Français:

petain2

"A l'appel de M. le président de la République, j'assume à partir d'aujourd'hui la direction du gouvernement de la France. Je fais  à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur (...). C'est le coeur serré que je vous dit qu'il faut cesser le combat. Je me suis adressé cette nuit, à l'adversaire pour lui demander s'il est prêt à rechercher avec moi, entre soldats, après la lutte et dans l'honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités."

Ainsi le sort de la France vient de basculer. Hier, c'était la débacle, l'exode, la guerre. Là, apparaît un arrêt de la guerre, se dessine l'Armistice.

Le 16 juin, à 17 h 00, un espoir s'était dessiné avec le coup de téléphone du général de Gaulle que le président du conseil, Paul Reynaud, avait envoyé en mission à Londres. Il annonçait que Churchill approuvait un plan d' "Union franco-britannique". Le président du conseil voyait là un ultime salut. "C'est un mariage avec un cadavre !" trancha le maréchal Pétain, vice-président du conseil. Se voyant en minorité, Reynaud présente sa démission. A peine débarqué d'avion, de Gaulle ne trouve plus qu'un homme brisé.
Le président Lebrun choisit alors la simplicité : l'appel au Maréchal Pétain. Le gouvernement est rapidement constitué, épuré de tous les bellicistes; une demi-heure plus tard, la demande d'armistice est transmise aux autorités allemandes.

marechal petain

 

Partager cet article
Repost0

commentaires